Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

  • L'heure du départ est arrivée


    Ce samedi matin le grand départ, le réveil n’a pas eu besoin de sonner, les affaires sont prêtes depuis une semaine déjà, il fait, il défait, il refait, le sac à dos.

    Il faut vous dire que tous les détails comptent.
    Notre chambre est devenu l’annexe de la cuisine au vue de la place privilégiée qu’a pris ma petite balance de cuisine ! C’est la chasse aux grammes superflus !
    Le spécialiste des randonnées avait bien précisé un sac à dos ne soit pas peser plus de 7 kg !!!!
    Grand Dieu celui de Daniel frise les 17 kgs, mais cool, puisque c’est le carrix qui portera le poids, pourquoi se priver d’un minimum de confort.


    A 9 heures pétantes, Christian compagnon de voyage de Daniel est arrivé chez nous accompagné de Christiane son épouse, c’est avec elle que j’irai quelque jours en Espagne, pour évacuer le stress que nos maris nous ont fait subir ces derniers jours.
    Les voisins ne veulent en aucun cas louper le départ de nos « héros » et les flashs crépitent pour immortaliser ce moment.
    Arrivés à Arles, nous n’avons pas pris le risque de les accompagner jusque devant la cathédrale, et nous avons sablé le champagne face gymnase Jean François Lamour,
    en l’honneur des 62 ans de Christian. Il faut vous dire que pour Pâque Arles vit au rythme de la féria et que le samedi est jour de marché, très beau marché d’ailleurs.
    Nous avons laissé nos deux compères face à leur future aventure.
    Ouf….. Si tout va bien à dans deux mois !

    Nous avons pris la route des vacances, j’allais retrouver mes parents et profiter d’une semaine de vacances bien méritée.
    Sauf que, nous n’avions pas prévu le retour d’un éclopé !
    Eh oui, au deuxième jour de marche, nos deux cheminots devaient avoir les pensées dans les nuages, et un traître de galet est venu entraver le pied de mon Daniel, qui trop fort pour écouter sa douleur, a poursuivi sa route avec une jambe douloureuse sur les 35 kms qu’ils leur restaient à parcourir pour arriver au gîte d’étape, chez notre fils à St Christol. Le médecin a été catégorique : 8 jours de repos TOTAL, quelle plaisanterie.
    Donc, séjour écourté, pour Christiane et moi.
    Mari (Daniel) bougon à la maison, Christian poursuit son chemin et Daniel le rejoindra dès que la jambe le permettra, au vue de sa patience, il se pourrait que vendredi ou samedi il reprenne le chemin de Compostelle.
    Cette fois si, le sac à dos pèse 9 kg, le carrix restera à la maison, et je pourrai, peut être, souffler un peu !

  • Je ne pars pas !!!!!

    Non "cousinette" je ne pars pas !
    Si je marche, c'est pour avoir la forme.
    Je ne vais qu'au départ à Arles, et de là je m'octroie une semaine de vacances auprès de Manuel et Ramona.
    Elma, dès que j'aurai des nouvelles je ne manquerai pas de vous tenir au courant.
    Le seul hic, c'est que le téléphone donne des boutons à mon marcheur.

  • Un mois déjà !


    Je n'oublie personne, mais je manque de temps pour l'instant.
    Il faut que je vous dise, samedi 26 mars, veille de Pâques, j'irai accompagner mon mari et un ami à lui au départ d'une longue, longue randonnée.
    Ils partiront d'Arles pour se rendre à Saint Jacques de Compostelle.
    Il va sans dire qu'une telle randonnée se prépare longtemps à l'avance, et que je passe plus de temps sur les sentiers des alentours de chez nous que devant le clavier.
    Je vous dis à bientôt.